Lucrèce Borgia à la Comédie Française

En ce moment, la pièce de Victor Hugo passe à la CF selon une mise en scène de Denis Podalydès et avec Guillaume Gallienne dans le rôle titre.
C’est une pièce que j’adore, et parmi une des œuvres de Hugo que je préfère, je ne pouvais donc pas louper ça !

Alors, alors…
Certains côtés m’ont énormément plu, d’autres moins. Un petit debriefing s’impose !

Parenthèse : pas de spoilers au niveau de l’histoire, sauf pour un aspect précis que j’ai signalé par des *** et lisible uniquement en surlignement. Voiluvoilu !

.

J’ai aimé :

Alors, tout d’abord, la scénographie. C’est très beau, genre : très. Les tableaux proposés sont terriblement esthétiques, et ce sans en détériorer la mise en scène ou la compréhension, et ça c’est cool. Ça aurait pu n’être que du grandiose pour ‘faire du grandiose’, et à la limite on-s’en-ficherait-de-l’histoire-on-veut-juste-faire-un-truc-beau, or non, et ça c’est chouettos (ça peut paraître évident, mais pas tellement, c’est pour ça que je voulais le préciser.) !

Bref, on se régale la rétine, que ce soit par les décors (genre, allez mettons une gondole sur scène, #oklm #normal), le jeu des lumières (qui en plus d’être bigrement zoli sert certains aspects d’aparté, donc pratique!), ou les costumes (de Christian Lacroix), que j’ai beaucoup aimé, etc. Mes tympans se sont aussi enjaillés raisonnablement, avec l’intervention des musiques vraiment belles et qui portent l’action avec épique-itude.

Donc, au niveau visuel-sonore, j’ai été plus que contentée : top.

lb(source image : wanderer.blog.lemonde.fr)

J’ai aimé certains aspects de mise en scène également, notamment l’arrivée de Lucrèce, presque irréelle, qui déambule sur le ponton avec la musique en fond, c’était très beau. J’ai aimé aussi l’utilisation des poteaux qui restent sur scène pour figurer un port, ou bien servir de tables, quand ce ne sont pas des ‘piliers’, bref c’est finement pensé. Tout cela rejoint le premier point que j’ai abordé sur l’esthétisme, je fais peut-être une fixette là-dessus, j’en conviens !!

D’autre part, après lecture du livret où le choix du travestissement est expliqué(*), j’ai trouvé ce parti pris également très fin, et là où je craignais que Gallienne ai été choisi notamment pour son nom et puis tant pis on lui met une robe et une perruque ça va passer crème, je me suis rendue compte que c’était bien plus nourri que ça, et je trouve ça vraiment chouette. Je sais pas si je m’exprime très clairement, mais en gros, tout ça pour dire que faire jouer une femme par un homme et aussi un homme par une femme (le rôle de Gennaro est tenu par Suliane Brahim) non seulement n’est pas particulièrement gênant, on s’y fait assez vite, mais en plus, c’est drôlement bien trouvé.

(*) « Le travestissement, c’est moins une femme jouée par un homme qu’une femme enfermée dans une apparence qui n’est pas la sienne (…) » Denis Podalydès

lucrece
(source image : wanderer.blog.lemonde.fr)

Et enfin, le texte est d’une grande beauté. J’ai pas grand chose de fifou à dire dessus sans me répéter en beau-beau-beau, mais en trois mots, franchement, Vic’ : t’envoies du lourd.

.

.

Malheureusement, quelques autres aspects de la pièce m’ont quelque peu chiffonnée :

Tout d’abord la direction du jeu d’acteur. C’est parfois très distancié, presque pas réaliste, et donc ça m’a un peu perturbée. Selon moi, pour un drame comme celui d’Hugo, on doit mettre l’accent sur le naturel des émotions, parce que la situation jouée est si terrible, qu’elle ne peut pas être traitée avec distance, voire légèreté. Quand Lucrèce fait sa longue tirade sur l’humiliation qu’elle a subi par rapport à son nom, ça manquait de nerfs, d’affects plus puissants j’ai trouvé. Et puis, on ne peut pas caser des effets comiques sur une telle réplique, et c’est pourtant ce qui a été fait. Ça, ça m’embête. Je suis la première à me réjouir quand on dépoussière une œuvre en y rajoutant de la modernité, ceux qui me lisent depuis le début l’auront sûrement remarqué, mais là, je trouve que ça ne dépoussière plus, ça dénature.
Lucrèce Borgia est un drame, on ne peut pas envisager de faire rire dessus. Si on veut rire, y a des comédies (classiques ou non) qui ont été écrites spécialement pour ça. Là, ce n’est pas le propos… ! J’étais assez très beaucoup perplexe de constater la volonté de placer des effets comiques donc. *** Notamment concernant la mort de Lucrèce…j’veux dire, j’étais plus que perplexe là, j’étais presque choquée : la salle a ri ! Nononon ! On ne peut PAS faire rire pour ça ! WTF ?*** Pour moi le personnage de Lucrèce ne peut même pas prêter à sourire, c’est une meurtrière, c’est une femme qui souffre, c’est tout sauf de la rigoulade...

Bref, cet aspect là donc m’a chiffonnée.

Je me suis étendue sur le personnage de Lucrèce, mais concernant le jeu distancié, c’est d’une manière générale. Pour faire court, j’ai trouvé donc que ça manquait de dramatique, j’aurai aimé que ça me remue davantage les tripes quoi, excusez-moi l’expression !

.

.

En conclusion : dans l’ensemble, j’ai apprécié la pièce, c’est très bien mais j’aurai tellement  aimé pouvoir dire plus que « j’ai apprécié » et « très bien ».

Enfin, tout de même s’il ne fallait dire que OUI ou NON, je vous dirai OUI, hein. Même si j’ai été un peu déçue, ça reste une pièce à voir !

.

.
Et concrètement :

Lucrèce Borgia à la Comédie Française
Mise en scène de Denis Podalydès
Du 14 avril au 19 juillet 2015.

Et pour plus de critiques théâtrales.

museau

One thought on “Lucrèce Borgia à la Comédie Française

  1. Très bonne critique ! Que dire de plus ? Je suis entièrement d’accord. Je ne connaissais pas la pièce, donc je n’en attendais rien… et sur le coup j’ai été un peu déçue malgré une mise en scène époustouflante. Et je crois que comme toi j’aurai voulu en ressortir bouleversée par la tragédie… or ce ne fut pas le cas. D’ailleurs, à cause de ça, j’ai trouvé quelques passages ou un en tout cas, un peu long… mais n’ayant plus les scènes en tête je ne saurai te dire laquelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>